Passé simple : conjugaison et valeurs

 

Le passé simple n'est plus utilisé à l'oral mais on le retrouve constamment dans les écrits littéraires, du moins ceux qui ne sont pas contemporains.

 

La littérature traditionnelle nous offre en effet de nombreux récits rédigés aux temps du passé et ce, quelle que soit l'époque de l'histoire racontée !

 

Que les personnages évoluent à notre époque, dans une époque passée ou dans une époque futuriste, cela ne change pas la donne : l'usage pour un auteur est d'utiliser les temps du passé pour mener son récit.

 

Non seulement le passé simple est l'un de ces temps du passé mais c'est lui qui fait avancer le récit.

Le passé simple : conjugaison

Le passé simple est un temps du mode indicatif.

C'est un temps simple, c'est-à-dire qu'il se conjugue sans auxiliaire.

  • La conjugaison

Pour conjuguer le passé simple on prend le radical (parfois modifié) et on y ajoute une terminaison.

Il existe 4 séries de terminaisons, différentes selon les verbes et groupes des verbes.

  • Série n° 1 (en « a ») => -ai / -as / -a / -âmes / -âtes / -èrent

  • Série n° 2 (en « i ») => -is / -is / -it / -îmes / -îtes / -irent

  • Série n° 3 (en « u ») => - us / -us / -ut / ûmes / -ûtes / -urent

  • Série n° 4 (en « in ») => -ins / -ins / -int / -înmes / -întes / -inrent

  • Exemples

Etre : je fus, tu fus, il fut, nous fûmes, vous fûtes, ils furent.

 

Avoir : j'eus, tu eus, il eut, nous eûmes, vous eûtes, ils eurent.

 

Chanter (1er groupe) : je chantai, tu chantas, il chanta, nous chantâmes, vous chantâtes, ils chantèrent.

 

Finir (2ème groupe) : je finis, tu finis, il finit, nous finîmes, vous finîtes, ils finirent.

 

Voir (3ème groupe) : je vis, tu vis, il vit, nous vîmes, vous vîtes, ils virent.

 

Pouvoir (3ème groupe) : je pus, tu pus, il put, nous pûmes, vous pûtes, ils purent.

 

Venir (3ème groupe) : je vins, tu vins, il vint, nous vînmes, vous vîntes, ils vinrent.

  • Pièges de conjugaison

La difficulté réside dans le choix de la série.

 

Si c'est un verbe en « -er », c'est-à-dire le verbe « aller » et tous les verbes du 1er groupe => série n° 1

 

Si c'est un verbe du 2ème groupe => série n° 2

 

Si c'est un verbe du 3ème groupe (tous les autres verbes) => série n° 2 ou n° 3 ou n° 4

 

Pour les verbes du 3ème groupe, il est difficile de savoir à quelle série il faut les conjuguer.

  • Rappel : distinguer 2ème et 3ème groupe

Pour rappel, afin de savoir si un verbe en « -ir » est du 2ème ou du 3ème groupe, il faut conjuguer à la 1ère personne du pluriel.

2ème groupe

Si on entend le son « ss », c'est un verbe du 2ème groupe.

3ème groupe

Si on n'entend pas le son « ss », c'est un verbe du 3ème groupe. 

Exemples

Obéir -> nous obéissons : on entend le son « ss » ; donc c'est un verbe du 2ème groupe.

 

Partir -> nous partons : on n'entend pas le son « ss » ; donc c'est un verbe du 3ème groupe.

  • Synthèse

Série n° 2 en « i »

Cela concerne tous les verbes du 2ème groupe + prendre, entendre, défendre, se rendre, conduire, rire, dire, écrire, sourire, fuir, cueillir, vaincre, atteindre, joindre, naître, mettre, faire, s'asseoir, etc. (et leurs composés) + voir.

Série n° 3 en « u »

Cela concerne tous les verbes en « -oir » ou « -oire » (= vouloir, croire, boire, devoir, savoir, pouvoir SAUF voir) + plaire, se taire, connaître, courir, lire, vivre, etc. (et leurs composés)

Série n° 4 en « in »

Cela concerne les verbes "venir" et "tenir".

 

Cela concerne également tous leurs composés, c'est-à-dire des verbes qui contiennent les verbes cités, par exemple les verbes "entretenir", "convenir", "advenir", etc.

Le passé simple : ses valeurs

On utilise le passé simple dans des récits racontés au passé. 

 

Aujourd'hui, le passé simple ne s'emploie plus qu'à l'écrit. A l'oral, on le remplace par le passé composé.

  • Valeur narrative

Le passé simple permet de raconter des histoires et rapporte des faits qui sont « coupés » de la situation d'énonciation.

 

Il sert le discours narratif. 

  • Aspect perfectif

Le passé simple place les actions au premier plan. Ainsi, les actions paraissent uniques et ponctuelles. 

 

Elles sont limitées dans le temps ; elles ont une durée déterminée.

 

C'est l'aspect perfectif du passé simple, qui s'oppose à l'aspect imperfectif de l'imparfait.

  • Passé simple et imparfait

Dans un récit au passé, les temps principaux sont l'imparfait et le passé simple. 

 

Dès qu'une action surgit ou se produit pour interrompre la description faite par l'imparfait, on l'exprime en employant le passé simple.

 

 

Dernière relecture de cet article : 29/04/2021

Copyright Copiedouble.com