Hiéroglyphes

Les hiéroglyphes, vous connaissez ?

 

Cet article vous donne quelques informations sur les écritures égyptiennes antiques…

Hiéroglyphe, hiératique, démotique

Qui pense « Égypte antique » pense aussitôt aux hiéroglyphes.

 

Mais n’allons pas croire que les Égyptiens avaient tout le temps recours à ces signes pour communiquer par écrit !

  • Les hiéroglyphes

Les hiéroglyphes étaient associés à l’idée de prestige. Ils étaient réservés aux temples, à des inscriptions dans la pierre.

 

Ils étaient beaux, avec de nombreux signes figuratifs, mais nécessitent de l’application et sont lents à exécuter.

  • L’écriture hiératique

Pour les écrits plus courants, administratifs, commerciaux ou littéraires, les Égyptiens utilisaient une autre écriture, qu’on appelle l’écriture hiératique.

 

Elle est une variante des hiéroglyphes dans la mesure où ceux-ci sont à l’origine de l’écriture hiératique si on fait ces hiéroglyphes rapidement, de façon stylisée et simplifiée.

  • L’écriture démotique

Au VIe siècle avant J.-C., l’écriture hiératique s’est encore simplifiée et stylisée pour donner naissance à une troisième écriture.

 

On appelle celle-ci l’écriture démotique. Elle présente des ligatures, c’est-à-dire qu’on a tendance, en écrivant, à lier les signes entre eux plutôt qu’à les laisser séparés.

 

Cette écriture démotique est utilisée pour les écrits du quotidien.

 

L’écriture hiératique, elle, est réservée aux textes religieux.

 

Ainsi à partir du VIe siècle avant J.-C. trois écritures coexistent en Égypte.

Une écriture complexe

  • Des notions, des sons et des catégories

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, car des dessins d’animaux ou d’humains sont utilisés, les hiéroglyphes ne sont pas des pictogrammes ni des idéogrammes. Ou plutôt pas seulement !

 

Pour résumer, et sans entrer dans le détail ni les subtilités, un signe hiéroglyphique fonctionne parfois comme la représentation d’un mot, parfois comme l’idée liée à ce mot, parfois comme le son qui découle de ce mot, prononcé à voix haute.

 

Ainsi un point dans un rond peut représenter le soleil et en être une figuration stylisée. Il signifie le soleil. Dans un autre contexte, il signifie l’idée associée au soleil, c’est-à-dire le jour.

 

De plus, le soleil se dit « ra » ou « ré ». Dans d’autres contextes encore, le signe ne représente donc pas le soleil ni le jour mais correspond à ce son qu’exprime le soleil : « ra » ou « ré », sachant que dans les hiéroglyphes, seules les consonnes sont indiquées.

 

Le signe de ce point dans un rond, figurant le son « ra » ou « ré », est justement présent au début du nom « Ramsès » pour écrire ce mot, comme dans un rébus.

 

Autre remarque : certains signes hiéroglyphiques sont des indicateurs de catégorie. On les appelle les déterminatifs. Ils aident à interpréter les signes.

 

On retient que les hiéroglyphes sont un système complexe, attaché à l’aspect figuratif des signes mais qui relève à la fois du pictogramme, de l’idéogramme et d’un système phonétique.

  • Plusieurs modes de lecture

Les hiéroglyphes, selon les cas, se lisent en colonne de haut en bas ou bien en ligne horizontale, généralement de droite à gauche, parfois de gauche à droite.

 

Il arrive aussi que les hiéroglyphes occupent tout l’espace qui leur est dévolu, sans respecter un alignement précis.

 

En ligne horizontale, l’indice pour savoir dans quel sens lire des hiéroglyphes, est le sens vers lequel sont tournés les signes figuratifs. Ce sont eux qui indiquent le sens de la lecture.

 

Autrement dit, si le scripteur veut qu’on lise les hiéroglyphes de droite à gauche, il exécute les signes tournés vers la droite. Le vautour, le crocodile, l’homme, etc, auront leur tête tournée vers la droite : on lit de manière à aller à leur rencontre.

 

Les écritures hiératique et démotique, elles, sont écrites en lignes horizontales et se lisent toujours de droite à gauche.

Début et fin d’un mystère

Les plus anciens hiéroglyphes remontent au troisième millénaire avant J.-C.

 

Les plus récents datent du quatrième siècle avant J.C. Soit presque 3 000 ans de pratique !

 

Toutefois les hiéroglyphes ont fini par disparaître et sont devenus un mystère, comme une énigme à résoudre.

  • Une évolution culturelle

Le devenir d’une écriture et son évolution sont souvent liés à la politique et à la religion, aux différentes invasions que les pays subissent.

 

L’Égypte passe ainsi sous différentes dominations culturelles : perse, grecque, romaine, arabe.

 

Au IIIe siècle, les hiéroglyphes et les écritures hiératique et démotique tendent à disparaître.

 

Les Égyptiens utilisent en effet un alphabet à base de vingt-quatre lettres de l’alphabet grec et sept caractères démotiques pour les compléter afin de traduire tous les sons de la langue égyptienne. Cette langue s’appelle le copte.

 

Au XIe siècle, le copte écrit et parlé laisse place à son tour à une autre langue : la langue arabe.

 

Au fil des siècles, les hiéroglyphes sont ainsi devenus une langue mystérieuse et hermétique… que de nombreux savants se mirent ensuite en tête de déchiffrer !

  • La levée du mystère

La Pierre de Rosette permit de lever le mystère au début du XIXe siècle.

 

Elle a été trouvée dans la ville de Rosette dans le delta du Nil par un officier des troupes de Bonaparte lors de la campagne d’Égypte.

 

La particularité de cette pierre est qu’elle comporte le même texte tracé en trois écritures : en grec, en démotique et en hiéroglyphes.

 

Bien que la partie des hiéroglyphes soit la plus incomplète, cette pierre a permis à l’érudit anglais Thomas Young d’en savoir davantage sur cette écriture, en se basant sur la version grecque.

 

Puis Jean-François Champollion, linguiste français, réussit à percer les mystères de ces hiéroglyphes, notamment en s’appuyant sur ses connaissances en langue copte, proche de l’écriture démotique.

 

En 1824, Champollion fut en mesure de publier un Précis du système hiéroglyphique.

 

L’étude de la culture égyptienne antique allait enfin pouvoir commencer…

 

Parution de cet article : 14/05/2021

Dernière relecture : 22/05/2021

Copyright Copiedouble.com