Un dieu un animal (Jérôme Ferrari, 2009)

Genre : Roman contemporain pour adultes

 

Aperçu : Un jeune homme marche dans son village mais ne reconnaît plus rien. Ce n'est plus son village, ce ne sont plus ses parents. En vérité, ce n'est pas le village qui a changé mais lui, le soldat, le mercenaire de toutes les guerres. La guerre a tout changé. Il croyait pouvoir rentrer chez lui mais il n'a plus de chez lui. Que des souvenirs terrifiants. Et un seul souvenir agréable, un souvenir qui date de l'enfance. Le jeune homme va tenter de s'y accrocher et même de le faire revivre...

 

Notre avis : Très bien. Roman très court (100 pages) à la limite du conte philosophique. L'écriture est belle et forte mais l'ensemble est très violent et dur, autant dans les horreurs de la guerre que dans la débauche. Sexe, alcool, travail et guerre se mêlent ici pour ne faire qu'un tout et décrire une société à la dérive, la nôtre. Ce n'est pas une descente aux enfers : c'est une visite des enfers eux-mêmes et de la pauvreté d'âme de jeunes gens d'aujourd'hui. Terrifiant, déprimant mais il faut l'avouer : bien écrit ! On se laisse donc emporter par ce monde pessimiste grâce à la plume de l'auteur et à son souffle épique. Malgré tout, un ouvrage à déconseiller à la jeunesse. Remarque : Jérôme Ferrari a ensuite reçu le Prix Goncourt 2012 pour son Sermon sur la chute de Rome (2012).