Rédaction : grands principes de base

Première étape : comprendre le sujet et réfléchir

On ne fonce surtout pas tête baissée dès qu'on a le sujet ! D'abord on analyse le sujet.

Que me demande-t-on ? Faut-il raconter un conte et dans ce cas commencer mon récit par "Il était une fois" ? Ou bien écrire une nouvelle et dans ce cas, ne surtout pas commencer mon récit par "Il était une fois" ! Dois-je faire des descriptions précises ? Y a-t-il un élément imposé, par exemple la rencontre de deux personnages dans telle circonstance ?

Ai-je le droit de faire parler les personnages à travers un dialogue ? Y a-t-il des contraintes, par exemple s'agit-il d'une suite de texte ? Dans ce cas, je dois reprendre tout ce qui était dans le texte donné : décor, personnages et leurs caractères, etc.

Pour bien comprendre le sujet, j'entoure des éléments importants qui le constituent ; je réfléchis à ce qu'on attend précisément de moi.

Je note ensuite quelques idées au brouillon. J'écris seulement des mots. Je ne rédige aucune phrase. Je pense à être logique : les personnages doivent être comme des personnes réelles, elles se comportent de telle manière pour des raisons précises, elles réagissent aux faits, etc. Je pense à l'action des personnages mais aussi à leurs sentiments. Je ne dois pas oublier de décrire l'environnement des personnages ainsi que leurs pensées.

Je cherche aussi un plan de rédaction puis je réorganise mes idées selon ce plan. Loin d'être une perte de temps, le brouillon est indispensable pour bien rédiger. Il est donc obligatoire.

Deuxième étape : la rédaction

Quand mon brouillon est prêt, je rédige directement sur ma feuille. Je reprends alors les idées du brouillon et je respecte le plan que je me suis fixé.

Chaque partie correspondra à un paragraphe que je marquerai par un saut de ligne et un alinéa. Je m'applique à écrire lisiblement en formant bien mes lettres. Si j'ai des difficultés en rédaction et en grammaire, j'emploie plutôt des phrases courtes.

J'utilise aussi des phrases complètes, c'est-à-dire comportant au moins un verbe conjugué sans « qui ». Je pense également à respecter les codes de l'écrit : majuscule en début de phrase, utilisation des accents, respect des accords sujet-verbe, accords au féminin, pluriel, coupure des mots...

(Rappel sur la coupure des mots : les mots se coupent seulement à la syllabe. Après une syllabe, on écrit donc un tiret puis on va à la ligne. Sur la nouvelle ligne, on ne réécrit pas le tiret et on met le reste des syllabes du mot. Quand il y a deux consonnes, on coupe entre ces deux consonnes. On ne coupe jamais autour d'un X (ni avant ni après).

Troisième étape : la relecture et l'amélioration du texte

Avant de rendre ma rédaction, je prends le temps de la relire, même si je pense qu'elle n'est pas tout à fait terminée.

Je vérifie que je n'ai pas oublié de mots dans mes phrases. Je contrôle aussi toutes les conjugaisons et tous les accords. Je repère les répétitions de mots et je cherche à les éviter en utilisant des synonymes ou des tournures variées. D'une manière générale, j'évite d'utiliser les verbes « avoir, mettre, faire... » ou des formules comme « il y a » : je cherche à utiliser un vocabulaire précis. Surtout je n'ai pas le droit d'utiliser un langage familier. Par exemple, les mots « copains, rigoler, halluciner... » sont interdits dans une rédaction (même si le sujet précise que je discute avec un ami de mon âge !).