Qu'est-ce qu'un poème en prose ?

Le poème en prose

Un « poème en prose » est un texte qui est considéré comme étant un poème alors qu'il est écrit en prose.

(Petit rappel : la prose correspond à une expression "normale", courante, celle de tous les jours, c'est-à-dire quand on parle ou quand on écrit sans faire des vers et des rimes !)

Les premiers « poèmes en prose » sont écrits au XIXe siècle, époque à laquelle on commence à s'affranchir des règles de la poésie. Aloysius Bertrand dans son recueil Gaspard de la Nuit (1842) présente ainsi des poèmes de forme libre, écrits en prose. Charles Baudelaire s'en inspire et compose à son tour des poèmes en prose dans Le Spleen de Paris (1869). Au XXe siècle, Francis Ponge reprend le procédé dans Le parti pris des choses (1942).

Un poème ne se définit donc plus par son apparence poétique, avec la présence de vers rimés et réguliers, mais par des caractéristiques poétiques plus profondes, détaillées ci-après.

Selon quels critères peut-on considérer un texte en prose comme un "poème en prose" ?

Pour être considéré comme un « poème en prose », le texte doit être descriptif et poser un certain regard sur le monde, afin de le célébrer ou de l'interroger. Ce ne peut être un texte informatif. Il peut être narratif mais seulement s'il relève de l'anecdote, de la chose vue, rapportée comme un instant pris sur le vif car l'objectif du poète n'est pas de raconter une histoire mais de placer le lecteur face à une vision, un fait fugitif ou un objet.

D'autre part, ce texte en prose, pour être un « poème en prose », doit présenter un ensemble entier et indépendant qui se suffit à lui-même, comme un tableau ou bien comme un objet, une sorte de bijou posé dans son écrin. Sa structure est donc souvent très travaillée, pour bien insister sur cet aspect clos.

On trouve dans un « poème en prose » les traces de l'imagination du poète, ce regard particulier qu'il pose sur le monde. Le texte peut ainsi présenter de nombreuses images, des métaphores, des personnifications, des effets d'échos de sonorités, des allitérations, des assonances, un rythme marqué par des répétitions de structures, des anaphores, etc. Le texte semble alors musical. Il est à la fois tableau et chant. C'est une description d'une réalité, mais propre au poète, lyrique et originale.