Pourquoi j'ai mangé mon père (Roy Lewis, 1960)

Genre : Roman, pour adultes (peut se lire dès la 3ème)

Aperçu : Le narrateur, Ernest, raconte sa vie d'homme préhistorique auprès de son père Edouard qui croit en l'évolution de son espèce. L'oncle Vania quant à lui considère le progrès comme dangereux. Nostalgique de l'époque de l'homme-singe, il prône un « retour en arrière » et une vie dans les arbres. Mais peut-on vraiment lutter contre l'irrésistible destin évolutif de l'homme ?

Notre avis : Très bien. Une façon originale de voir l'évolution de l'homme et de mieux comprendre la préhistoire. Une intéressante réflexion également sur le destin de l'homme et sa passion pour le « progrès », à mettre en parallèle bien entendu avec les réflexions d'aujourd'hui sur l'environnement et sur ce que l'homme a fait de sa planète... Il paraît que Théodore Monod s'étrangle de rire à la lecture de cet ouvrage. L'ensemble est en effet bien mené et assez amusant : les hommes préhistoriques dialoguent en langue soutenue (ce décalage est justement une source d'humour), les femmes veulent chacune une jolie petite grotte comme d'autres pourraient vouloir un pavillon, etc. Une réflexion aussi sur les relations humaines, l'adolescence, le passage à la vie adulte, les relations hommes / femmes, la vie de famille. A réserver à de bons lecteurs (plutôt des lycéens).