L'espoir d'aimer en chemin (Michel Quint, 2006)

Genre : Roman contemporain, pour adultes

Résumé : Le narrateur (« je) est marionnettiste. Un jour, sa femme (Daisy) qui est infirmière lui demande d'aller voir un adolescent plongé dans le coma dans son service de traumatologie. Le narrateur va donc rendre visite au jeune Louis, armé de ses marionnettes Momo et Suzy. Il choisit de lui raconter sa propre histoire, celle d'un jeune orphelin des années 50 qui apprend peu à peu à construire sa propre identité ainsi qu'à comprendre celle de ses parents. Les souvenirs ressurgissent et prennent une nouvelle dimension dans la vie actuelle du marionnettiste.

Notre avis : Moyen. Roman sombre et assez difficile à lire, basé surtout sur l'implicite. De nombreux thèmes de réflexion sont abordés, notamment la guerre d'Algérie vécue en France, avec partisans de l'Algérie française opposés à ceux du FLN. Relations familiales tendues (le père, la mère, les mensonges, les secrets, l'abandon, la trahison...) mais aussi relations beau-père / enfant de la compagne, relations amoureuses, amours de toujours jamais oubliées, etc. Récit rétrospectif avec récits enchâssés. Le roman n'est pas sans rappeler une autre oeuvre célèbre du même auteur : Effroyables jardins. On retrouve entre autres ici le rôle de l'artiste (clown / marionnettiste), la difficulté à comprendre l'identité du père ainsi que la relation étroite entre l'histoire individuelle et l'Histoire avec un grand H. Dans l'ensemble, c'est un roman à réserver plutôt aux adultes, compte tenu du contexte politique développé et de la complexité des relations humaines évoquées, qui vont plutôt à contre-courant de ce qui est généralement proposé aux adolescents. Un récit subtil et émouvant mais sombre. L' « espoir d'aimer en chemin » paraît bien maigre...