Le temps où nous chantions (Richard Powers, 2003)

Titre original : The Time of Our Singing
Traduit de l'américain par Nicolas Richard pour les éditions Le Cherche Midi

Genre : Roman fleuve, saga familiale sur fond historique, pour adultes (peut se lire dès le lycée).

Aperçu : Joseph Strom, le narrateur, accompagne une fois de plus au piano son frère Jonah, ce frère qui possède une voix incroyable, capable de faire ouvrir une trappe dans les airs et s'envoler les âmes. Nous sommes en 1961. Bien sûr, plusieurs personnes de la salle viennent ensuite les féliciter tous deux dans les loges. Et inévitablement la question est posée : « Vous êtes quoi, exactement, les gars ? ». Les deux jeunes hommes ne savent pas quoi répondre. Cette question, c'est celle qui mène, qui a mené et qui mènera toute leur existence...

Notre avis : Bien. Une vraie saga familiale américaine qui se déploie sur plusieurs années et suit une famille passionnée par la musique, notamment le chant lyrique. Le roman dénonce en vérité la condition des Noirs aux États-Unis depuis les années 1930 jusqu'aux émeutes de Los Angeles de 1992. Le reste ne semble alors qu'un prétexte. Pourtant l'écriture est souvent superbe, avec un style très métaphorique, surtout quand il s'agit de retranscrire la complexité des chants et leurs effets. Les spécialistes se régaleront, en particulier ceux de musique classique. Les autres risquent un peu de se lasser et peineront à satisfaire l'envie d'une véritable intrigue à suivre. Il faut préciser que la difficulté de ce roman réside sans aucun doute dans son volume : 1046 pages en format 10/18 ! Il y a donc plusieurs « longueurs » et des passages à sauter... D'autant que l'histoire est menue, essentiellement centrée sur la question de l'identité, qu'elle soit noire, juive ou métis, ponctuée des moments importants de l'existence : rencontres, naissances et deuils. L'ensemble, construit sur de nombreux retours en arrière, est évidemment riche : faits historiques, dénonciation de l'intolérance, réflexion sur la culture, la couleur de peau, la religion et la mixité, l'ascension sociale, la gloire et les liens familiaux... C'est aussi un panorama extraordinaire de la musique européenne et américaine, teinté de notions de physique sur la théorie de la relativité, qui nous est ici proposé ! Notons enfin que ce roman de Richard Powers a été élu meilleur livre de l'année 2003 par le New York Times et le Washington Post.