Le surréalisme

 

Le surréalisme est un mouvement culturel du 20ème siècle (qui concerne notamment la littérature et la peinture). On peut le situer historiquement entre les 2 guerres mondiales, à savoir entre 1914-18 (1ère guerre mondiale et émergence de l'URSS) et 1939-45 (2nde guerre mondiale).

EMERGENCE DU MOUVEMENT

Le surréalisme émerge suite à une prise de conscience après la première guerre mondiale. La guerre de 1914-1918 a provoqué un massacre humain inutile et a montré la faillite de la société en place (société basée sur une culture capitaliste et sur la « raison logique »). Ce constat crée une envie de révolte qui se réalise dans le mouvement surréaliste autour de 2 mots d'ordre : Rimbaud « Changer la vie » + Marx « Transformer le monde ». Ainsi le Surréalisme présente 2 pôles = artistique + politique. Son chef de file est André Breton, qui publie en 1924 le premier « manifeste du Surréalisme ».

CARACTERISTIQUES DU SURREALISME

L'esprit de révolte et l'aspiration à la liberté animent fortement les membres du mouvement surréaliste. Ils agissent dans la provocation et recherchent le scandale. Par exemple, lors de la mort d'Anatole France, les Surréalistes publient une plaquette intitulée « Un cadavre » avec des textes injurieux, comme celui d'Aragon « Avez-vous déjà giflé un mort ? ». Bien sûr cette publication fait scandale.
D'autre part, les Surréalistes sont en quête d'un idéal. Ils veulent atteindre le « point suprême », c'est-à-dire réussir à réunir les opposés, trouver le point où tout se concilie et s'harmonise : passé, présent, avenir ; bas, haut ; bien, mal ; folie, raison ; rêve, réalité. L'objectif est d'atteindre une surréalité, qui n'est pas un état au-dessus de la réalité, mais qui est la réalité englobant le rêve. Le Surréalisme s'appuie donc largement sur la psychanalyse et les travaux de Freud avec le souci d' exploiter les rêves et la folie dans une démarche de quête de l'inconscient.
« Je crois à la résolution future de ces deux états, en apparence si contradictoires, que sont le rêve et la réalité, en une sorte de réalité absolue, de « surréalité », si l'on peut ainsi dire. » (André Breton - 1er Manifeste du surréalisme - 1924)

PRATIQUES POUR ATTEINDRE CETTE SURREALITE, CE « POINT SUPRÊME », CET IDEAL

Pour exploiter l'inconscient, les Surréalistes ont recours à l'écriture automatique qui correspond à écrire sans raisonner, sans réfléchir, ce qui vient à l'esprit par association d'idées, de sons... Ils retranscrivent aussi par écrit leurs rêves et leurs paroles pendant le sommeil.
Par ailleurs, aimer est considéré comme une activité « surréaliste » dans la mesure où « l'amour fou » permet d'atteindre la surréalité. Les Surréalistes témoignent leur intérêt pour l'érotisme ; l'amour correspond non seulement à un sentiment mais aussi à une sensation absolue. A ce sujet, on peut préciser que pour Breton il s'agit seulement d'un amour de la femme (il condamne l'homosexualité) alors que Prévert et Queneau défendent le droit à l'homosexualité.
D'après les Surréalistes, la femme est médiatrice entre l'homme (et plus particulièrement le poète) et le monde ; l'amour constitue un lieu d'extase et de création poétique.

SPECIFICITES DE LA POESIE SURREALISTE

C'est une poésie novatrice, avec utilisation à l'excès d'images surprenantes (« stupéfiant image »).
André Breton cite à ce propos Pierre Reverdy (revue Nord-Sud) dans son premier Manifeste : « Une image n'est pas forte parce qu'elle est brusque ou fantastique - mais parce que l'association des idées est lointaine et juste. ».
Breton rapporte également les propos de Reverdy, définissant l'image poétique comme « le rapprochement de deux réalités plus ou moins éloignées ».« La valeur de l'image dépend de la beauté de l'étincelle obtenue ; elle est, par conséquent, fonction de la différence de potentiel entre les deux conducteurs. ».