La Porte des Enfers (Laurent Gaudé, 2008)

Genre : Roman contemporain, genre fantastique, pour adultes

Aperçu : Naples, août 2002. Filippo Scalfaro De Nittis reprend son nom en entier et pense à son père dont il n'a plus que de vagues souvenirs. Il est désormais plus vieux que lui et aujourd'hui n'est pas un jour ordinaire. Il se prépare un café, n'a pas peur (ne revient-il pas des Enfers ?) et quitte son appartement pour la dernière fois, afin de rejoindre son travail. Au restaurant, on l'apprécie. Filippo sait faire le café comme personne. Et dans la salle, le client a ses habitudes. Il ne se doute de rien...

Notre avis : Très bien. Un récit mené comme un polar tant le mystère grandit et pique la curiosité du lecteur. Il s'agit avant tout d'une réécriture contemporaine des croyances antiques sur la mort et les Enfers. Gaudé se fait ainsi le brillant successeur d'Homère, Virgile et Dante. Une histoire étouffante, qui surprend, dérange et oppresse, et dont on ne sort pas indemne. L'écriture est parfaite, le style vous enveloppe et vous happe, on en sort à la fois hagard et charmé. Des personnages forts, des situations cocasses, des sentiments poignants. La ville de Naples elle-même est bien plus qu'un décor. Dans les thèmes abordés : la mort, les vivants après la mort d'un proche, la vengeance, la mort d'un enfant, la douleur, le deuil, les marginaux... Un grand roman.