La passante du Sans-Souci (Joseph Kessel, 1936)

 

Genre : Roman, pour adultes (peut se lire dès le lycée)

Aperçu : Le narrateur a remarqué une femme qui passe chaque nuit devant un café de Montmartre : Le sans-Souci. Un jour, il cherche à l'aborder. Il découvre ensuite qu'elle vit avec un enfant infirme. Mais de quoi a-t-elle tant peur ? Qui cherche-t-elle à fuir ?

Notre avis : Très bien. COUP DE COEUR. Un livre très facile à lire et fort en sentiments, souvent bouleversant, et  qui explore la complexité de l'âme humaine. Dans ce roman, les personnages restent aussi énigmatiques et difficiles à juger que dans la vie réelle. Le lecteur peut-il vraiment comprendre l'attitude de cette femme qui accepte cette déchéance au nom de l'amour ? Peut-il aussi toujours accepter le comportement du narrateur, souvent très distant ? Loin des livres qui proposent des histoires d'amour classiques, celui-ci interroge le sentiment qu'on nomme « amour » et le décline sous toutes ses formes, y compris l'amitié, l'amour platonique, l'amour inavouable, l'amour narcissique, l'amour absent, etc. Malgré des thèmes brûlants comme la prostitution, l'écriture évite toujours la grossièreté et les scènes crues. Écrit en 1936, le roman traite aussi du nazisme mais avec une certaine légèreté, y compris pour les camps de concentration, évidemment par naïveté et ignorance. Lu aujourd'hui, le livre prend une autre dimension qui ajoute encore à sa force, à sa richesse et à sa complexité.