La Nuit dernière au XVe siècle (Didier van Cauwelaert, 2008)

Genre : Roman contemporain, pour adultes.

Aperçu : Affublé d'un nom de voiture et exerçant le métier de contrôleur des impôts, Jean-Luc Talbot mène une vie bien peu excitante. Sa relation avec sa compagne Corinne s'étiole et il n'a plus de rêve, plus de projet. Un jour il se retrouve à inspecter les comptes du château de Grénant avec son collègue Raphaël. Plus rien ne sera comme avant...

Notre avis : Assez bien. Ce récit se lit d'une traite, avec une grande facilité. Il n'offre toutefois pas une littérature de qualité : les ficelles sont trop apparentes, les explications données de façon trop systématique et explicite, le style parfois maladroit. L'ensemble parvient quand même à fonctionner, avec des personnages stéréotypés dans le monde moderne : la mère divorcée en quête de construire une famille recomposée pour le bonheur de son fils, la place du beau-père, l'homme cartésien face aux phénomènes étranges, le psy médiatisé et déchu, la femme amoureuse au-delà de la mort, etc. C'est l'occasion pour Didier van Cauwelaert de tenter de concilier les thèmes porteurs du moment : l'informatique et la technologie (clé usb, messages texto...) avec les phénomènes para-normaux (voyance, écriture automatique...) et les sciences plus ou moins parallèles (médecine aux fleurs de Bach, physique quantique, univers possibles, puissance de la conscience et somatisation, etc). Pour résumer, un roman efficace pour des non littéraires ou bien pour les vacances...