Comment rédiger un commentaire composé ?

 

 

1/ Avant tout, il faut comprendre ce qu'on attend de vous en théorie.

Ne vous lancez pas tout de suite dans la rédaction ! Comprenez d'abord les exigences de l'épreuve.
Nous vous conseillons donc de lire nos fiches :

"Comment faire un commentaire composé ?"

« Comment trouver une problématique et des idées pour un commentaire composé ? »

« Comment faire une introduction pour un commentaire composé ? »

« Comment faire des transitions pour un commentaire composé ?

« Comment faire une conclusion pour un commentaire composé ? »

 

2/ Respectez des évidences pour la rédaction.

Dans un commentaire, il faut en effet :

- s'exprimer clairement afin que le correcteur saisisse bien votre idée
- montrer la structure de votre pensée en marquant des paragraphes
- utiliser un langage correct non familier
- employer un vocabulaire cohérent (ne vous lancez pas dans des mots compliqués si vous ne les maîtrisez pas !)
- écrire lisiblement (ni trop petit ni trop gros) afin d'être agréable à lire (n'oubliez pas que le correcteur a un gros paquet de copies à corriger !)

 

3/ Soyez précis dans chaque paragraphe.

Chaque paragraphe développe une idée. A l'inverse, chaque idée mérite un paragraphe. Ne mettez donc jamais plusieurs idées dans un paragraphe !

Un paragraphe se compose de :

- un mot de liaison,

- l'idée du paragraphe,

- l'appui du texte, que vous citez, pour justifier la légitimité de votre idée,

- la présence d'un ou plusieurs procédés stylistiques (un au minimum - voir fiche Les procédés stylistiques si besoin...),

- des explications, pour qu'on comprenne bien votre idée et le lien que vous faites entre votre idée, le procédé stylistique présent dans le texte et l'effet qu'il a sur le sens du texte,

- le retour à l'idée de votre paragraphe.

Remarque : pour le premier paragraphe, le mot de liaison est "En effet". Pour les paragraphes situés en deuxième ou troisième position, on utilise d'autres mots de liaison, au choix : "En outre", "D'autre part", "De plus", "Par ailleurs", "De surcroît".

 

EXEMPLE D'UN PARAGRAPHE RÉDIGÉ, À L'INTÉRIEUR D'UN COMMENTAIRE :

Texte d'étude : Fable ou histoire (Victor Hugo, XIXe)

Idée notée au brouillon par l'élève : le singe est un vrai tyran !

Pour prouver cette idée, l'élève a trouvé dans le texte 3 procédés styslistiques : le champ lexical de la violence + des mots agressifs dans leur sonorité avec une allitération en R + l'impératif.

Le paragraphe, dans le commentaire, sera ainsi rédigé :

 

            En outre, ce singe se comporte comme un tyran. Le champ lexical de la violence, présent dans le texte, nous le montre clairement. Citons par exemple les mots « féroce » (vers 4), "l'horreur" (vers 8) « Egorgea » (vers 9), « carnage » (vers 11). Tous ces termes se rapportent au singe et prouvent sa cruauté. Ce personnage règne en instaurant la peur. L'allitération en [R] renforce d'ailleurs cette impression. On la remarque dans les mots « affreux », « rugissements », « Regardez », « recule », « frémit » « émigre », « tremble », « admirez », « tigre », concentrés en trois vers du vers 13 à 16. Cette allitération traduit un son guttural, correspondant sans doute aux « affreux rugissements » dont il est question au vers 13, et que le singe pousse pour terroriser la population. Dans le même esprit, l'usage répété de l'impératif dans les paroles du singe exprime sa soif d'autorité : « Regardez » (vers 14), « admirez-moi » (vers 16), « voyez » (vers 16). L'attitude de cet animal correspond donc bel et bien à celle d'un tyran.

 

4/ Lisez quelques exemples de commentaires entièrement rédigés.

Ils vous aideront à mieux comprendre encore ce qu'il faut faire.
 

Commentaire rédigé sur le début de La Guerre de Troie n'aura pas lieu (Giraudoux, 1935)

Commentaire rédigé sur l'Esclave du Surinam dans Candide (Voltaire, 1759)

Commentaire rédigé sur le début du Barbier de Séville (Beaumarchais, 1775)

 

Et maintenant... ENTRAINEZ-VOUS !