Comment faire des transitions pour un commentaire composé ?

Qu'est-ce qu'une « transition » dans le cadre d'un commentaire (dit aussi "commentaire composé") ?

Une « transition » correspond à quelques phrases qui vont constituer un lien entre deux parties au sein du devoir.

Pour un commentaire composé en deux parties, il faudra donc faire une transition entre la première et la deuxième partie.

Pour un commentaire composé en trois parties, il faudra faire une transition entre la première et la deuxième partie puis une autre transition entre la deuxième et la troisième partie.

 

C'est-à-dire ? A quoi ça ressemble ?

Visuellement, la transition peut prendre plusieurs formes. Soit c'est un tout petit paragraphe qui apparaît entre les blocs des parties développées du commentaire composé. On saute deux lignes avant et deux lignes après. Soit on place cette transition à la fin de la partie qui vient d'être écrite. Et au saute deux lignes après, pour bien montrer qu'on passe à la partie suivante.

Dans la transition, il s'agit de faire un rapide bilan de ce qui vient d'être vu mais aussi d'annoncer ce qui va être étudié, toujours selon un raisonnement structuré et logique. D'ailleurs cette transition vous permet de vérifier si votre plan est défendable et donc cohérent.

 

Comment faire ? Que mettre dedans ?

Nous vous conseillons de faire toujours des transitions en 3 étapes :

- la première étape répète l'axe principal de la partie que vous venez d'achever. C'est une sorte de « brique-du-passé » qui rappelle la partie précédente,

- la deuxième étape fait un lien logique et cohérent entre l'axe principal de la partie qu'on vient d'achever et l'axe principal de la partie qu'on va développer juste après. C'est une sorte de « ciment-entre-briques » qui explique pourquoi on peut mettre une brique sur l'autre.

- la troisième étape annonce clairement l'axe principal de la partie qui va ensuite être traitée. C'est une sorte de « brique-de-l'avenir » qui présente la partie qui suit la transition.

Remarque : si cela est possible, rédigez ainsi 3 phrases les unes à la suite des autres, séparées par des points. Chaque phrase correspondra alors à une étape. Si les notions sont un peu complexes, rédigez plus de phrases. En tout cas, la transition doit faire entre 3 et 5 phrases (pas moins, pas plus !).

 

Voyons maintenant deux exemples avec l'élève A et l'élève B.

 

Exemple A (élève A) : transition pour un commentaire composé en deux parties

L'élève A a prévu 2 parties dans son commentaire :
I/ Un texte dynamique et amusant.
II/ Une critique de la société.

Pour sa transition, il va suivre 3 étapes :
1/ il rappelle ce qu'il a vu en I/
2/ il fait le lien entre I/ et II/ c'est-à-dire qu'il montre que l'aspect dynamique et amusant ne sert pas à rien : c'est là pour un but bien précis, critiquer la société !
3/ il annonce qu'il va maintenant passer à la critique de la société dans son devoir.

Après avoir sauté 2 lignes et fait un alinéa de 3 carreaux, l'élève A écrit donc la transition suivante :

      Nous avons ainsi montré que ce texte était dynamique et amusant. Cet aspect plaisant sert en vérité non seulement à distraire le lecteur mais aussi à l'inviter à réfléchir sur la société. Étudions donc désormais la critique sociale que contient ce texte.

 

Exemple B (élève B) : transitions pour un commentaire composé en trois parties

A propos du texte « Les Caprices de la Mode » dans Lettres persanes (Montesquieu, XVIIIe siècle), l'élève B a établi le plan de commentaire composé suivant :

I/ Une lettre fictive présentée comme une lettre-témoignage, qui critique la mode chez les Français.
II/ Un regard amusé sur l'importance de la mode chez les Français et ses conséquences à l'échelle de la société entière
III/ Un texte du XVIIIe siècle, typique de la philosophie des Lumières

Pour sa transition entre le I/ et le II/, l'élève va suivre 3 étapes :

1/ il rappelle ce qu'il a vu en I/
2/ il fait le lien entre I/ et II/ c'est-à-dire qu'il va expliquer que le thème de la lettre fictive et de la mode, tout ceci n'est qu'un prétexte et le but du jeu est en fait de critiquer la société française.
3/ il annonce qu'il va maintenant passer au regard amusé que porte l'auteur sur les Français et aux conséquences à l'échelle de la société entière.

Après avoir sauté 2 lignes et fait un alinéa de 3 carreaux, l'élève B écrit donc la transition suivante :

      Nous venons d'étudier en quoi cet extrait de Lettres persanes était une lettre fictive se présentant comme une lettre-témoignage. Nous avons également montré que le sujet en était la mode et que Montesquieu insistait sur les excès de cette mode. En vérité, ce sujet léger ne sert que de prétexte à une dénonciation humoristique de l'inconstance des Français. Voyons donc désormais comment ce texte met en place une critique sociale.

L'élève va ensuite développer toute sa deuxième partie (= son II/ du plan).

Pour sa transition entre le II/ et le III/, l'élève va ensuite de nouveau suivre 3 étapes :

1/ il rappelle ce qu'il a vu en II/
2/ il fait le lien entre II/ et III/ c'est-à-dire qu'il va dire que voir les conséquences sur la société entière, cela permet d'interroger le système en place et que cette façon de procéder, à savoir de l'argumentation indirecte qui dénonce la monarchie absolue telle qu'elle existe en ce temps-là, eh bien c'est typique du 18e !
3/ il annonce qu'il va maintenant aborder l'aspect philosophique du texte, qui est bien typique des Lumières.

Après avoir sauté 2 lignes après sa 2ème partie et fait un alinéa de 3 carreaux, l'élève B écrit donc la transition suivante :

      Ainsi, cette lettre fictive sert à délivrer avec humour un enseignement moral qui condamne l'inconstance des Français et leur frivolité. Comme nous l'avons montré, les excès de la mode ont de multiples conséquences sur la société entière. Pourtant, plus qu'une leçon morale, c'est bien une leçon philosophique et politique que Montesquieu nous propose ici, typique de son siècle.

 

Vous savez désormais comment faire des transitions.

Maintenant, à vous de jouer : entraînez-vous !