Ce qu'il advint du sauvage blanc (François Garde, 2012)

Genre : Roman d'aventures et de réflexion, pour adultes.

Aperçu : Alors qu'il n'est âgé que dix-huit ans, Narcisse Pelletier, matelot sur la goélette « Saint-Paul », se retrouve seul sur une île australienne. Il voit le bateau s'éloigner dans la baie, il espère qu'il reviendra très bientôt le rechercher... Dix-sept ans plus tard, Octave de Vallombrun, voyageur français, est convoqué par le gouverneur de Sydney. On a retrouvé un étonnant « sauvage blanc ».

Notre avis : Très bien. Ce premier roman présente une histoire intéressante et originale, bien écrite et facile à suivre. Le récit est mené de façon double : le lecteur découvre à la fois l'histoire de Narcisse Pelletier, livré à lui-même sur cette île inhospitalière, et les lettres envoyées par le voyageur au président de la Société de Géographie de Paris. Le roman se fait donc, alternativement, roman d'aventures et roman épistolaire. Il est évidemment très imprégné de l'esprit du XIXe siècle, sûr de sa marche vers le progrès et de sa définition de ce qui est la « civilisation » et de ce qui ne l'est pas. Le style d'écriture adopte d'ailleurs lui aussi un esprit dix-neuvième avec un langage soutenu et des descriptions travaillées mais une structure narrative moderne et rythmée. En somme, c'est un récit neuf qui a le goût de la qualité à l'ancienne. L'auteur est à suivre ! A noter enfin que ce livre a reçu le prix Goncourt du Premier Roman en 2012.