Cannibale (Didier Daeninckx, 1998)

 

Genre : Roman de critique sociale, pour adultes et adolescents (dès le collège).

Aperçu : A la fin du XXe siècle, dans les années 1980-1990 en Nouvelle-Calédonie, deux hommes, l'un « kanak », l'autre « blanc » roulent à bord d'une Nissan sur la route qui va de Poindimié à Tendo. Cependant ils sont arrêtés par un barrage car les tensions dans le pays sont extrêmes. Le vieux Kanak descend donc de voiture tandis que l'homme blanc repart. C'est alors que le « grand-père » raconte sa propre histoire aux jeunes qui ont abattu des cocotiers pour couper la piste. En 1931, il était en effet parti à Paris, « invité » à participer à l'Exposition Coloniale. Et il s'était retrouvé « exposé » dans un enclos au Bois de Vincennes...

Notre avis : Bien. Ce roman très court (environ 100 pages) est facile à comprendre. Il est même simple, voire simpliste, comme un conte philosophique. Pourtant il s'inscrit dans la réalité et invite à réfléchir sur des faits historiques. Au-delà, il interroge également les relations que peuvent entretenir entre eux deux peuples de cultures différentes. Le thème du colonialisme est donc abordé. Toutefois cette dimension de critique sociale semble constituer l'objectif principal du récit au détriment de l'intrigue et de la profondeur des personnages. C'est dommage... Le roman plaira par conséquent sans doute davantage à un jeune public qu'à des adultes bons lecteurs.